Concilier son caractère d’institution publique et d’investisseur en phase avec les défis du développement du Maroc est une valeur phare de la Caisse de Dépôt et de Gestion et un challenge que relève le Groupe au quotidien.

Missions et principaux métiers

Une double mission qui s'est structurée au fil de l'histoire

Créée en 1959 au lendemain de l’Indépendance, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) a constitué pour les Pouvoirs Publics un organisme de sécurisation de l’épargne nationale via une gestion rigoureuse des dépôts. Le développement considérable des ressources de la CDG depuis sa création s’est accompagné d’un élargissement de ses missions ainsi que d’une modernisation continue tant de ses modes de fonctionnement que de son organisation.

Au fil des années, la CDG s’est érigée en un véritable catalyseur d’investissements de long terme tout en développant un savoir-faire unique dans la réalisation de grands projets structurants. Son statut public et la nature des fonds à caractère privé qui lui sont confiés exigent une grande rigueur dans les règles de gestion et la sélection de ses investissements. La CDG a su conjuguer cette double mission en sécurisant l’épargne collectée tout en accompagnant le développement économique du Royaume. Cette mission duale constitue l’élément fondamental de l’identité de la CDG.

La vocation de la CDG est résumée dans sa devise: «œuvrer ensemble, pour le Maroc Avenir». Elle marque l’engagement du Groupe en faveur de la dynamique de progrès du pays, à travers la mobilisation de l’ensemble de ses leviers en matière de collecte et de protection de l’épargne, d’extension de la prévoyance sociale, de financement de l’économie, de conduite des grands projets d’infrastructures et d’appui aux politiques sectorielles.

Un portefeuille d'activités diversifié

Dans le but d’accompagner le développement national, le Groupe CDG a graduellement enrichi et diversifié son portefeuille d’activités. Celui-ci s’organise aujourd’hui autour de 3 domaines d’activités stratégiques: Epargne et Prévoyance; Banque, Finance et Assurance; Développement territorial. L’intervention de la CDG dans ces différents métiers constitue un accélérateur de développement pour les secteurs concernés, tout en offrant de multiples possibilités de synergies intra-groupe.

 

Caisse de dépôt & de gestion Innovation, Synergie, Performance, Citoyenneté. Valeurs fortes adoptées par l’ensemble des collaborateurs du Groupe CDG. Valeurs CDG

Modèle économique

Un modèle économique éprouvé

Le modèle économique de la CDG présente des caractéristiques spécifiques qui lui permettent de sécuriser une épargne d’origine privée, tout en accompagnant les politiques publiques au service du développement économique du Maroc. Il est fondé sur trois piliers complémentaires: la mobilisation des ressources financières, la capacité à gérer des projets complexes et la solidité des fonds propres.

  • Mobilisation des ressources financières: La CDG se distingue par une importante capacité à canaliser l’épargne qui commence par la mobilisation des dépôts et s’amplifie à travers plusieurs maillons (co-investisseurs, levées de dettes, création de richesse et d’autofinancement sur ses différentes activités, rotation d’actif). Cette capacité à compléter les dépôts par plusieurs autres sources de financement permet une démultiplication des fonds disponibles pour l’investissement et le développement socio-économique du Maroc.
  • Mobilisation des compétences: La CDG a réussi à acquérir un savoir-faire unique en matière de gestion des projets complexes, qui la dote aujourd’hui d’une grande capacité à mobiliser les compétences et à fédérer les partenaires. Le Groupe bénéficie au travers de son portefeuille de métiers d’une large palette de savoir-faire (ingénierie, gestion de projet...) et de fortes expertises sectorielles (promotion immobilière, aménagement de zones spécialisées, banque et assurance...). Le développement de synergies au sein du Groupe fait partie intégrante de son modèle économique. La capacité de la CDG à gérer des projets complexes conforte sa capacité à mobiliser des financements. Elle permet en effet de réaliser ces investissements dans de bonnes conditions de risque et de rentabilité.
  • Solidité des fonds propres: L’Institution a accumulé des fonds propres permettant d’absorber le risque lié à la diversité de ses différents investissements, lui permettant de garantir le capital des dépôts qui lui sont confiés ainsi que leur rendement. Le renforcement des fonds propres est donc une condition indispensable à la pérennité du modèle économique de la CDG.

Etablissement financier CDG Maroc Epargne Maroc Retraite Maroc

Valeurs

Des valeurs fortes et un engagement citoyen

L’identité d’une institution est façonnée par sa vision, ses ressources humaines, sa culture d’entreprise et ses valeurs. La CDG fonde ses actions sur quatre valeurs fortes, héritées de son histoire et qui constituent un référentiel quotidien pour le Groupe.

  • Innovation

    L’innovation est créatrice de valeur et de richesse. En innovant continuellement, nous développons ensemble notre capacité à faire toujours mieux.

  • Synergie

    Les synergies que nous mettons en œuvre participent à notre esprit d’équipe et à notre sens du partage.

  • Performance

    La performance, source de la rentabilité des ressources qui nous sont confiées et de la création de valeur pour la collectivité, est la garante de notre pérennité.

  • Citoyenneté

    Notre responsabilité citoyenne est au cœur de nos choix, de nos missions et de nos actions.

 

Ces valeurs ont été formalisées et inscrites dans le Code de déontologie de la CDG, dont l’objectif est de promouvoir l’éthique et de décliner l’ensemble des principes et mesures auxquels l’ensemble des collaborateurs est tenu de se conformer.

Téléchargez la «Charte des valeurs »

Caisse de dépôt & de gestion, Valeurs CDG  : Innovation, Synergie, Performance, Citoyenneté  valeurs adoptées par l’ensemble des collaborateurs du Groupe CDG.

Principales dates clés

La CDG fête cette année son 56ème anniversaire. 56 ans de persévérance, d’engagement et de labeur au profit du développement économique et social du pays.

Créée le 10 février 1959, la CDG a accompagné depuis lors tous les grands chantiers de modernisation du pays. Elle est aujourd’hui le premier investisseur institutionnel du Royaume et un acteur majeur de l'économie nationale.

Création de la Caisse

Phase de mise en place

Le Maroc, indépendant depuis 1956, se dote des instruments économiques et financiers nécessaires à l'élargissement et à la consolidation de sa souveraineté.

C’est dans cette perspective que s’inscrit la création de la CDG en 1959. L'objectif majeur des pouvoirs publics, jusqu'au milieu des années 60, était de mobiliser l'épargne au profit de l'investissement.

De fait, l’Etat procède durant cette période à la création d’institutions ayant pour mission de recevoir, centraliser et gérer les ressources de l'épargne, allouer des crédits et dynamiser le marché financier.

Principales réalisations

  • Création en 1960 de la Compagnie générale immobilière (CGI).

  • Constitution de la société Maroc Equipement (MAREQ), société d’études et développement constituée conjointement avec la BNDE et le bureau d’étude français SCET, filiale de la CDC française créé pour les besoins de construction de la ville d’Agadir.

  • Participation dans le capital de la Société marocaine pour le développement touristique.

  • Création, en collaboration avec l’Office marocain du tourisme et l’apport de capitaux privés, de la Société Maroc Tourist.

  • Prise de participation majoritaire dans la société de transport en commun « Les Lignes Nationales ».

  • Création, en collaboration avec la BNDE, de la ligne maritime Tanger – Malaga desservie par le ferry-boat
    « Ibn Batouta ».

  • Prise de participation dans la Société Africaine de Transport visant à contribuer à l’essor du tourisme au Maroc.

  • Souscription au capital de la Banque Centrale Populaire et de la Caisse Marocaine des marchés.

  • Participation au capital de la Compagnie Thermale de Moulay Yacoub (Cothermy).

  • Participations dans la Société du Financement d’Achat à Crédit (SOFAC).

Diversification des activités

A travers ses filiales Maroc-Tourist, Société Africaine de Tourisme, Ramada-Maroc, Société Hôtelière de Nador, Société Hôtelière de Sidi Harazem, Société Hôtelière de Riad, Société Chellah Immobilière et la société Maroco allemande de tourisme, la CDG contribue à la réalisation des objectifs du plan triennal qui place le tourisme parmi les priorités du pays.

La CDG s’illustre également dans les domaines de la banque, finance et assurance à travers le CIH, la SOFAC, la SCR, la compagnie Nord-Africaine et Intercontinental d’Assurances (CNIA) et la SNI, créée par le décret Royal du 12 octobre 1966 et qui a pour objectif principal d’animer le marché des valeurs mobilières de Casablanca.

Enfin, elle œuvre activement dans l’immobilier via la CGI, le transport à travers les lignes nationales et Lignes Maritimes du Détroit (LIMADET) et le financement des équipements des collectivités locales à travers le Fonds d’équipement communal (FEC) dont l’activité englobe désormais les centres autonomes.

Principales réalisations

  • Prise de participation dans les « Etapes Touristiques Africaines », société de gestion d’un ensemble de sociétés destinées à réaliser une chaîne hôtelière comprenant 4 hôtels à Agadir, Tanger, Fès et Marrakech avec une capacité de 100 chambres chacun et extension du programme à Casablanca.

  • Constitution de trois sociétés sur le site TAIFOR :

    • ALTAIR, qui a réalisé un hôtel mis en exploitation en avril 1967

    • AGENA qui a lancé un programme comprenant entre autres un hôtel, un restaurant, un ensemble d’appartements et d’installations sportives

    • Société YASMINE, qui a entrepris la construction d’un hôtel de 208 chambres

     

  • Prise de participation à hauteur de 20 % dans la Société de la Baie de Tanger ayant pour objectif d’aménager un site de qualité à Tanger, en vue d’y accueillir les investissements touristiques.

  • Création des sociétés immobilières ETAPEX Fès et ETAPEX Marrakech destinées à devenir propriétaires des hôtels de ces deux villes.

  • Sur le volet immobilier, équipement d’une zone témoin de 50 hectares par la société Nationale d’Aménagement de la Baie de Tanger (SNABT).

Extension et consolidation

Dans le cadre de la politique de marocanisation des grandes affaires économiques, la CDG investit pour la première fois dans le secteur industriel, à travers la souscription à des augmentations de capital dans certaines sociétés du secteur (Lafarge-Maroc, la Société Marocaine des Etablissements J.J Carnaud et Forges de Basse Indre, Cellulose du Maroc).

Principales réalisations

  • Prise de participation de la CDG (15 %), la SNI (20 %) et la BNDE (15 %) dans le capital de Lafarge Maroc.

  • Rachat de la participation de ses partenaires américains dans la société RAMADA Maroc et des 8 sociétés immobilières constituées en vue de la construction et de l’exploitation des motels. Le Groupe est désormais appelé Maroc Motels.

  • Extension de l’hôtel Mohammed V qui passe de 408 à 540 lits.

  • Partenariat avec le Club Med qui prend en gestion les unités hôtelières des sociétés ALTAIR et YASMINE.

  • Extension de l’activité de Maroc-Tourist à la gestion des motels achevés ou en cours de réalisation, devenus propriété exclusive de la CDG.

  • Partenariat avec l’Office National des Chemins de Fer qui prend en gestion l’hôtel réalisé par la Société Hôtelière Sidi Harazem.

  • Ouvertures à Agadir et Tanger de deux hôtels appartenant à « Etapes Touristiques Africaines ».

  • Prise en gestion par Maroc-Tourist de deux établissements touristiques du Groupe Maroc Motels, situés à Beni Mellal et Ksar Essouk

  • Dotation de la CGI d’une direction autonome.

  • Fusion entre les sociétés CTM et Lignes nationales.

  • Mise en place de la société Lignes Maritimes de ferry (MAFER), pour l’acquisition d’un bateau de 1.200 places reliant Tanger à Algésiras et dans laquelle la CDG détient 12.49%.

  • Participation à la création de la Compagnie Royal Air Inter.

  • Mise en place de la société de gestion de Loterie Nationale.

Poursuite de la nationalisation et de la diversification des interventions du Groupe

Durant cette période, la CDG s’active dans la création de filiales et les prises de participations. Le financement de l’investissement sous forme de titres de participation et de placements est un volet important de la contribution de la CDG au développement du secteur productif. En effet, la formation du portefeuille de participations de la CDG est le résultat d’une politique de diversification des actifs et d’une volonté de contribuer au soutien de l’investissement productif.

L’immobilier et le tourisme sont également deux secteurs où la Caisse a joué un rôle prépondérant. D’importants programmes d’investissements ont ainsi été réalisés, soit directement par la CDG soit par l’intermédiaire de ses filiales.

Sur le volet immobilier, les programmes du Groupe CDG ont, en général, un double effet sur l’habitat et le secteur immobilier : l’amélioration architecturale et urbanistique dans les villes où intervient le Groupe et la stabilisation des prix sur le marché immobilier dans les grandes agglomérations, et ce en agissant sur l’offre par les quantités importantes de logements que le Groupe met sur le marché et par des prix de vente toujours inférieurs au marché, à qualité égale. Sur le secteur touristique, outre l’accroissement et la diversification des infrastructures d’accueil et d’hébergement, les projets initiés ont pour effet la stabilisation des flux touristiques et la valorisation des potentialités des régions dans lesquelles ces projets sont implantés.

Son expertise et de son savoir-faire ont amené la CDG à être désignée par les pouvoirs publics, au début des années 80, comme aménageur unique du programme de zones industrielles qui avait pour but de dynamiser le secteur industriel, de faciliter l’accès du foncier aux PME et de contribuer à la décentralisation industrielle du pays.

Durant cette période, la CDG a également accompagné la maturation des marchés financiers, à travers la création de 2 SICAV en 1994 : la première, diversifiée de droit marocain en partenariat avec la BCM « Tijari Croissance », la seconde « Atlas Maroc » de droit français, en partenariat à hauteur des deux tiers avec des investisseurs institutionnels européens et pour le tiers restant avec des institutionnels marocains (CDG, BCP, CNIA, CIMR, etc.).

Concernant le financement des collectivités locales, la CDG a assuré la gestion du Fonds d’Equipement Communal (FEC) jusqu’en 1992, date de son autonomie effective. Le FEC a pour rôle d’apporter les financements nécessaires aux collectivités locales, aux groupements de collectivités locales et aux Régies en émanant, pour la réalisation de leurs équipements : eau potable, assainissement, électricité, transport urbain, voierie, équipements commerciaux…

Sur le plan des retraites et de la prévoyance, la CDG a œuvré pour la généralisation et le développement de la couverture sociale à travers la gestion des deux organismes publics, le régime collectif d’allocation de retraite (RCAR) et la caisse nationale de retraites et d’assurances (CNRA).

Enfin, la CDG a procédé à la privatisation de certains de ses actifs : les entreprises dont la CDG est actionnaire et qui sont concernées par la privatisation sont au nombre de 14, en plus des 9 unités hôtelières. Il s’agit notamment des sociétés CTM-Lignes Nationales, SOFAC, SNI, BMCE et des hôtels Volubilis à Fès, Basma à Casablanca, Marrakech Motel au Toubkal et Ksar Es-Souk Motel.

Principales réalisations

  • Création en 1983 de la Société d’Aménagement Hay Riad pour l’achèvement du projet d’aménagement de Hay Riad engagé en 1976, sur des terrains acquis par l’Etat auprès des familles de Guich Oudaya et qui a subi un arrêt en 1979 faute de ressources financières.

  • Constitution de la société d’Equipement Domestique et Ménager (EQDOM), en collaboration avec la SNI et des professionnels en électroménager pour le financement des crédits destinés à l’acquisition d’appareils d’équipement et de mobilier par les particuliers.

  • Création de SOGATOUR, appelée à jouer un rôle d’aménageur et de promouvoir des zones à vocation touristique (Marsa Smir à Restinga et une station de vacances à Saidia).

  • Constitution, avec d’autres instances, de la Société Thermo-médicale de Moulay Yacoub et prise du relai de la COTHERMY dans la gestion des installations thermales existantes.

  • Mise en place, en collaboration avec l’Omnium Nord-Africain (ONA), de la société Hospitality Holding Company (H.Co), en vue de la réalisation de divers projets à caractère touristique, à Marrakech et Bouznika.

  • Réalisation par la CDG, sur la période couvrant 1976 à 1985, de programmes immobiliers, soit pour son propre compte soit pour le compte de l’Etat ou d’autres entités publiques en qualité de maître d’ouvrage délégué. Ainsi, 21.528 unités de logement ont été construites et 1.801 lots de terrain ont été équipés pour un investissement global de 2.454 MDH. Les programmes en cours de réalisation sont quant à eux d’une consistance de 15.307 logements et 1.300 lots pour une enveloppe d’investissement de l’ordre de 1.973 MDH.

  • Réalisation à fin 1979 par la CGI de quelques 4.694 unités de logement dans les différentes agglomérations du Royaume, destinées à 80% à des fonctionnaires ou employés du secteur semi-public et mise sur le marché entre 1980 et 1990 de plus de 21.000 logements destinés à environ 100.000 habitants, et dont plus de 70% relèvent du logement économique.

  • Mise en place à fin 88 dans le secteur touristique, d’une capacité hôtelière de 7.300 lits, soit près de 10% de la capacité hôtelière nationale.

  • Réalisation de l’hôtel Jnan Palace (5 étoiles) d’une capacité de 500 lits et doté d’un palais des congrès de 1.600 places (1992).

  • Construction de l’hôtel N’Fis d’une capacité de 576 lits.

  • Réalisation d’un complexe golfique sur 120 ha à El Jadida.

  • Participation du FEC à l’amélioration de l’accès des populations à revenus limités à l’eau potable dans le cadre de l’opération « branchements sociaux » qui a concerné 156.330 branchements.

  • Participation du FEC à la réalisation des projets de résorption des bidonvilles et de lutte contre l’habitat sous-équipé à Dersa Samsa à Tétouan, Ben M’sik à Casablanca, Kariat Ouled Moussa à Salé, Hay Hassani à Berrechid, …

  • Participation du FEC à la réfection et l’extension des réseaux de distribution d’eau potable dans 19 centres urbains.

  • Lancement par la CNRA du Régime Complémentaire de Retraites RECORE en juillet 1988.

  • Lancement, en collaboration avec la CNIA et la BCP, d’un système d’assurance et de prévoyance en faveur des commerçants, des artisans et de leur personnel, dénommé « Addamane El Hirafi ».

  • Mise en place du système « Addamane Al Bahri » pour la couverture sociale des pêcheurs et marins pêcheurs.

  • Prise en charge en 1994 par la CNRA de la gestion du Régime de retraite des membres de la Chambre des Représentants.

Nouveau plan de développement stratégique

Les changements intervenus dans le paysage financier au début des années 1990 ont imposé à la CDG des adaptations importantes d’ordre interne et externe, pour intervenir dans cet environnement où la compétitivité et la performance sont les facteurs clés de succès tout en conciliant ses interventions d’organismes financier et son rôle d’instrument d’appui à la politique de l’Etat.

Ses objectifs sont au nombre de trois :

  • S’assurer des flux de ressources réguliers pour faire face aux besoins de diversification des activités de placement et d’investissement.

  • Jouer un rôle moteur dans la dynamisation et le développement des marchés financiers.

  • S’impliquer activement dans la nouvelle dynamique financière par l’accès à de nouveaux métiers.

De 1995 à 2001, la CDG procède à de nombreuses créations de filiales et prises/cessions de participations.

Elle poursuit également sa dynamique sur le secteur de l’immobilier en réalisant de nombreux projets, notamment via la CGI, la Société Royal Golf de Fès, la CIFM et ses programmes de logements économiques Moulay Rachid, Hazem et Guise à Casablanca et la SOPHAL, dans les villes de Benslimane, Fès, Oujda et Al Hoceima.

Sur le secteur du tourisme, la CDG entreprend de se désengager de la gestion hôtelière conformément à son plan stratégique et ce, en confiant la gestion de ses unités hôtelières à des gestionnaires de renommée internationale d’une part, et en procédant à la cession de certains actifs appartenant à ses filiales, d’autres part. Par ailleurs, un plan de restructuration est mis en œuvre, visant une gestion intégrée et uniforme du parc hôtelier de la CDG.

La CDG demeure très active dans le développement des zones industrielles, l’accompagnement de la maturation des marchés financiers et le secteur des retraites et de la prévoyance.

Enfin, la CDG se positionne en entreprise citoyenne, attentive à son environnement social et culturel. C’est dans ce cadre qu’il a été procédé à l’ouverture d’une galerie d’art destinée à abriter des expositions d’œuvres d’art et de création artistique.

Principales réalisations

  • Création en 1997 de CD2G. Visant à repositionner la CDG dans les métiers de la finance, cette filiale a alors pour mission d’assurer la gestion financière, comptable et administrative des OPCVM que la Caisse a créé pour ses grands déposants, de gérer sous mandat des portefeuilles pour compte de tiers, de prendre en compte les différents besoins de sa clientèle et les traduire en produits financiers adaptés.

  • Création d’Accès Capital Atlantique SA (ACASA), société de gestion du «Fonds Accès Capital Atlantique» et création du Fonds Accès Capital Atlantique Maroc SA (ACAMSA) qui est un fonds d’investissement destiné à promouvoir l’investissement à travers la prise de participations dans des entreprises en phase de croissance et présentant un fort potentiel dans des secteurs porteurs.

  • Création de Maroclear, de la Société de Gestion du Parc Industriel de Bouskoura (SOGEPIB), de Maghreb Titrisation, de Médiafinance.

  • Prise d’une participation de 8 % dans le capital de Méditel.

  • Cession de participations dans le cadre de la privatisation :

    • BMCE : Cession de 1.207.014 actions soit l’équivalent de 8,36% au profit de Commerzbanket de 436.655 actions au profit de NOMURA

    • CNIA

  • Construction du complexe immobilier Hay Ryad, comprenant les logements, commerces et bureaux sis à Mahaj Ryad, ainsi que deux ailes dédiées à des Business Centers.

  • Contribution au financement du Programme national des 200.000 logements à hauteur de 1.3 milliard de dirhams.

  • Réalisation de projets immobiliers par la CGI, comme Al Boustane et Mimosa à Rabat (714 logements), Arsat Sala à Salé (770 lots + 700 logements), Al Hadika à Casablanca (1.000 logements), …

  • Conclusion de contrats de gestion pour compte de structures touristiques avec Accor (complexe hôtel + golf d’El Jadida), Méridien (hôtel N’Fis à Marrakech) et Look Voyages (hôtel Issil à Marrakech).

  • Mise en œuvre d’un programme de rénovation de certaines unités hôtelières : Jnan Palace à Fès, N’fis à Marrakech, Moulay Yacoub, Complexe Restinga Smir géré par le Club Med, …

  • Recapitalisation de SOGATOUR à travers le réinvestissement du produit des cessions des hôtels Volubilis, Toubkal et Rissani.

  • Cession de certaines unités hôtelières : Dunes d’or à Agadir, Complexe d’Al Hoceima, hôtel Parador à Chefchaouen , …

  • Zone industrielle de Gzenaya à Tanger sur 130 ha, commercialisation de la zone industrielle de Bouznika à des industries non polluantes et construction de 7 locaux industriels destinés à la location.

  • Mise en place des moyens nécessaires pour contribuer au démarrage et à l’animation du marché secondaire des instruments de taux.

  • Création d’OPCVM dédiés aux principaux déposants : CDG-SECUR, CDG-IZDIHAR, CDG-BARID, SCR-Obligations, …

  • Mise en place, en partenariat avec la Caisse de Dépôt et de Placement du Québec (CDPQ), d’un Fonds de capital-risque, abondé au démarrage de 300 MDH. Ce projet traduit la volonté de la Caisse de contribuer à la promotion de l’investissement au Maroc par l’accompagnement des PME-PMI à fort potentiel de croissance, en répondant à leurs besoins de financement par apport de fonds propres ou quasi-fonds propres.

  • Sollicitation du RCAR pour prendre en charge la Caisse interne de retraites de l’ONCF.

  • Prise en charge par la CNRA de la gestion pour compte de la Caisse de Retraite des Membres de la Chambre des Conseillers.

Développement de l’activité et conclusion de partenariats stratégiques

Dès le début des années 2000, et en vue de contribuer fortement aux objectifs de développement économique et social du pays, la CDG s’est fixée comme orientations stratégiques:

  • Le développement et l’approfondissement d’activités sur le marché financier.

  • La promotion de l’épargne et l’amélioration de la couverture sociale à travers son repositionnement dans le domaine de la gestion des retraites.

  • La diversification des véhicules du capital investissement.

  • L’ancrage de son intervention dans l’habitat social.

  • L’initiation ou le pilotage de grands projets d’aménagement et d’infrastructure.

  • Le développement du partenariat stratégique pour le Groupe CDG.

La clarification des logiques d’intervention et de participation et l’adoption d’une nouvelle organisation des lignes de métiers.

Aujourd’hui, le Groupe CDG ambitionne de devenir un acteur de référence à l’échelle nationale, sur toute la chaîne de ses métiers (Epargne, Prévoyance, Immobilier, Tourisme, Banque, Finance...) et d’être un catalyseur des investissements sur le long terme en développant une expertise et un savoir-faire lui permettant de contribuer à la réalisation de grands projets territoriaux structurants et à la venue à maturité des marchés financiers.

Principales réalisations

  • Mobilisation de l’épargne à long terme et sa canalisation vers des emplois utiles pour le développement économique et social du pays.

  • Prise de contrôle du CIH par la CDG avec une montée dans le capital de la banque à hauteur de 75%.

  • Création de la société Novec, spécialisée en ingénierie et destinée à offrir des services de haut niveau dans les métiers en rapport avec le développement territorial durable, tant à l'intérieur du Royaume qu'à l'international.

  • Initiation en 2005 du projet d’aménagement de la Vallée du Bouregreg.

  • Lancement du projet d’aménagement de la nouvelle ville de Zenata, située dans la commune de Aïn Harrouda relevant de la Préfecture de Mohammedia. Cette nouvelle ville tampon constitue une réserve foncière stratégique pour le développement urbain intégré des villes de Casablanca et Mohammedia et vise à alléger la pression démographique exercée sur ces deux villes.

  • Démarrage des projets dans la zone d’aménagement touristique Ghandouri à Tanger.

  • Lancement des travaux du projet de la Marina de Casablanca.

  • Lancement du projet novateur de résidences estudiantines Bayt Attalib, dans le cadre de l’accompagnement de la politique des pouvoirs publics en matière de développement des logements pour étudiants. La 1ère résidence voit le jour à Madinat Al Irfane, en partenariat avec l’Université Mohamed V Agdal de Rabat.

  • Lancement du projet d’aménagement touristique d’Oued Fès, visant l’aménagement de nouvelles générations de zones touristiques répondant aux normes internationales et l’accueil de 10 millions de touristes à l’horizon 2010.

  • Lancement des travaux de réhabilitation de Gzenaya à Tanger.

  • Lancement des travaux de Fès Shore, un parc dédié aux activités de services informatiques, de traitement des données et des processus métier.

  • Inauguration des premières tranches des zones d’offshoring Casanearshore à Casablanca et Technopolis à Rabat et poursuite du reste des travaux.

  • Réalisation d’Atlantic Free Zone, l’une des premières plateformes industrielles intégrées de dernière génération, située à Casablanca et Tanger et ciblant les secteurs de l’industrie, notamment l’équipement automobile, les activités connexes et à l’export, la logistique industrielle ainsi que les services support à l’industrie (maintenance, bureaux d’études, centres d’affaires, etc.).

  • Lancement du projet de création d’une Cité dédiée à l’Industrie Agro-alimentaire dans la Région de Meknès Tafilalet.

  • Création en 2006 du Fonds JAIDA, un fonds dédié au financement des organismes marocains de microfinance.

  • Lancement en 2008 du premier Fonds carbone au Maroc.

  • Lancement du programme de relogement de bidonvillois à Zenata en 2010.

  • Signature du contrat d’exploitation de l’hôtel Hyatt par la station Taghazout

  • Signature d’un mémorendum entre la CDG et la kfw d’entente qui s’inscrit dans le cadre de politique de développement dans le secteur touristique.

  • Signature d’un important protocole de partenariat entre le Groupe Crédit Agricole du Maroc et le Groupe CDG, portant sur l’échange des expériences et des expertises dans les métiers de banque commerciale et de banque d’investissement.

  • Signature d’une convention de partenariat stratégique entre la CDG et la Trésorerie Générale du Royaume, définissant le cadre contractuel d’un partenariat stratégique entre les deux institutions. Elle porte sur l’ensemble des prestations assurées par le réseau de la TGR pour le compte de la CDG, à savoir la gestion des comptes de dépôts de la CDG et de sa clientèle (notaires, secrétaires, greffiers, filiales et autres déposants), la gestion des consignations administratives et judiciaires, le traitement des opérations des «organismes gérés» de la CDG -la CNRA et le RCAR- (paiement des pensions et rentes CNRA/RCAR et encaissement des cotisations salariales et des contributions).

  • Lancement par la Caisse des Dépôts (CDC), la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), la Banque européenne d'investissement (BEI), la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) et EFG Hermes d’ InfraMed Infrastructure, premier instrument de financement de l'Union pour la Méditerranée, voué aux investissements dans les infrastructures dans les régions sud et est de la Méditerranée.

  • Signature d’un partenariat stratégique entre le Groupe CDG et le Groupe Pierre & Vacances Center Parcs, leader européen de tourisme de proximité et de loisirs, dans l’objectif d’accompagner le développement des grandes stations touristiques du Maroc (Saidia, Taghazout, …), prévues dans le cadre de la Vision «2020».

  • Signature d’une convention de partenariat entre la CDG et AL BARID BANK pour la bancarisation des pensionnés de la CNRA et du RCAR.

  • Signature d’une convention de partenariat entre la CDG et le Conseil National de l’Ordre des Notaires du Maroc.

  • Signature d’accords-cadres entre le Groupe CDG et les Groupe OCP et ONE portant sur le transfert global du régime interne de retraite du Groupe OCP et de l’ONE.

  • Signature de l’accord officialisant le transfert du régime de retraite de Jorf Lasfar Energy Company (JLEC) vers le Groupe CDG.